L’insurrection

La Syrie est un pays de 23 millions d’habitants, état laïc et multiconfessionnel : environ 50% de musulmans sunnites, 15 % d’alaouites  et 35 % de chrétiens, kurdes, druzes et autres.

Bachar Al-Assad a succédé à son père en 2000, a été réélu en 2014, avec plus de 80% des voies…

Bachar Al-Assad lutte depuis 2011 contre diverses factions terroristes, appuyé par les Unités de défense du peuple kurde (YPG) qui combattent les djihadistes aussi bien en Irak qu’en Syrie. Cette milice kurde – estimée à 40.000 combattants – comprend de nombreuses femmes, 40 % des effectifs.

Sur le plan international, la Russie est liée à la Syrie depuis l’époque soviétique pendant le règne d’Hafez el-Assad. En 1980, un traité de coopération sur vingt ans est signé par Hafez el-Assad et Leonid Brejnev.
Les excellentes relations entre la Chine et l’Iran, deux « pays complémentaires » font que la Chine observe une neutralité bienveillante vis à vis de la Syrie, le plus souvent en ligne avec la Russie.

Les insurgés sur le terrain

Les diverses factions d’insurgés sur le terrain Syrien sont nombreuses. Elles sont sponsorisées – financées, abritées, nourries, formées, soignées et équipées – par des monarchies du Golfe, la Turquie, mais aussi par des Occidentaux (USA, France, Royaume-Uni pour l’essentiel).
Il est parfois difficile de décoder quels sont les motivations réelles de ces factions, dont certaines « mercenaires » tirent des profitent financiers considérables de la part de leur sponsors.

L’ASL – En 2011 au début, l’Armée Syrienne Libre, formée de déserteurs de l’armée, était la principale force combattante. En 4 ans, ses effectifs sont passés de 20.000 à 140.000 puis retombés à 20.000. Cette ASL est soutenue par des pays du Golfe et par le CNS, «Conseil national syrien », lui même formé de sunnites et basé en Turquie.

Le Front al-Nosra, 2012, est un groupe armé salafiste djihadiste affilié à Al-Qaïda, l’un des plus importants groupes de rebelles. Il comporte environ 15.000 combattants en 2014. Al Nosra s’est rapproché un moment de l’EIIL, mais est redevenu indépendant.
Il a revendiqué plus de 1.000 attentats dont 200 attentats-suicides. Il est financé par des Koweitiens, des personnes des Emirats Arabe Unis, et recevrait l’aide (équipements militaires) de la Turquie.

Le Front Islamique, crée en 2013, rassemble 7 groupes de djihadistes sunnites, certains salafistes. Il est financé par le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie et regroupe environ 80.000 djihadistes.

Al-Khorasan – Affilié à Al-Qaïda, ses membres sont des djihadistes venant de plusieurs pays. Ce groupe est censé avoir pour but d’attaquer les pays occidentaux sur leur propre territoire.

Armée de la conquête.  Groupe qui a rejoint le Front Al-Nosra

Front Islamique de libération de la Syrie. Groupe qui a rejoint le Front Islamique.

EIIL – L’Etat Islamique en Irak et au Levant  à commencé à envahir la Syrie en juillet 2014.

Les sponsors des insurgés

CNS – Le Conseil national syrien est financé par le Qatar et la Turquie – et nombreux de ses membres sont sous influences des « Frères Musulmans », fondamentalistes sunnites et anti-occident, Ils sont interdits en Syrie ou en Egypte, mais restent très influents au Moyen-Orient et en Turquie.

Arabie saoudite

Turquie

Qatar

EAU

Les occidentaux

Les occidentaux